Sexe et Genre

Plus vite, plus haut, plus fort·es ? Sport, avantage physique et catégorisation sexuée

26 mars 2021
14h - 16h30

  • Webinaire - Webconférence
Le séminaire Sexe et Genre s'intéresse cette fois à la problématique des femmes athlètes discriminées pour leur taux élevés de testostérone.

PRESENTATION

Les débats actuels autour des « contrôles de sexe », des « tests de féminité » permettent de formuler une interrogation majeure. Pour ces sportives que l’on soupçonne de profiter de leur production naturelle jugée trop élevée de testostérone afin de remporter les courses, la question n’est pas tant « dans quelle mesure le fait de produire naturellement plus de testostérone que la moyenne autorisée chez les femmes, a constitué un avantage indu en termes de performances ? » ; mais plutôt « dans quelle mesure la nomenclature des compétitions de haut niveau génère-t-elle des exclusions et des interdits à l’égard de la catégorie “Dames” ? ».

Produire « trop » de testostérone pourrait être à l’origine de l’une d’entre eux, au sens où cela relèverait de la dissimulation d’un avantage qui bafoue l’éthique du sport comme l’esprit et la lettre de l’épreuve sportive censée faire concourir des athlètes aux qualités et performances commensurables – ce dont témoigne leur répartition dans des catégories de poids, d’âge, de sexe et de handicap.

Pourtant, on peut légitimement s’interroger sur cette notion de commensurabilité des qualités athlétiques et des performances.

Nous verrons, lors de cette conférence, dans quelles mesures ces athlètes mettent en crise un certain nombre de valeurs dans le sport de haut niveau et éclaire de façon centrale les enjeux cruciaux liés à la performance et à sa mesure et sont accusées de remettre en cause la bicatégorisation sexuée au fondement du sport de compétition.

CONFERENCIERE

Anaïs Bohuon, professeure des Universités à la Faculté des Sciences du Sport de l'Université Paris-Saclay  

PUBLICATIONS

  • Bohuon, A., Gimenez, I. 2019, « Performance sportive et bicatégorisation sexuée. Le cas de Maria José Martinez Patino et le problème de l’avantage ‘indu’», Genèses, sciences sociales et histoire, numéro 115“Est-ce bien naturel ?“, 9-29.
  • Bohuon, A., 2012, Le test de féminité dans les compétitions sportives : une histoire classée X ? Donnemarie-Dontilly : Editions iXe.