Happy Hour du Lise

Misère du scientisme en économie. Retour sur l’affaire Cahuc-Zylberberg

27 avril 2017
17h - 19h

  • Paris Saint-Martin/Conté
La violence des attaques des économistes dominants contre les courants critiques en économie est à la mesure de leur désarroi face à l'inquiétante évolution du monde.

En réponse au pamphlet de MM. Cahuc et Zylberberg sur le "négationnisme économique", les Économistes aterrés et l'Afep (association française d'économie politique) ont publié le 3 mars un ouvrage collectif intitulé Misère du scientisme en économie.
L'ouvrage démonte méthodiquement l'argumentation des pamphlétaires, tant sur l'économie comme science expérimentale que sur le supposé échec du passage aux 35 heures.
Le pluralisme en économie est-il « l'antichambre de l'obscurantisme » (J. Tirole) ? Les économistes hétérodoxes sont-ils des « charlatans » ou des « négationnistes » (P. Cahuc et A. Zylberberg) ? La violence des attaques des économistes dominants contre les courants critiques en économie est à la mesure de leur désarroi face à l'inquiétante évolution du monde. À l’opposé de nos détracteurs nous soutenons qu’en économie, comme dans les autres disciplines, le pluralisme est la condition d'une science vivante. Ce n'est qu'en multipliant les hypothèses et les méthodes, en confrontant leurs fondements et leurs résultats, en alimentant ainsi le débat contradictoire, qu'on peut avancer dans la compréhension de la réalité sociale. Nous montrons que les prétentions de Cahuc et Zylberberg à détenir le monopole de la science sont surtout révélatrices de leur méconnaissance de l’épistémologie. Nous montrons aussi combien leur jugement catégorique sur l'effet désastreux des 35 heures est dénué de fondement scientifique.

À la suite de la présentation, des échanges auront lieu avec la salle. Et les discussions se termineront autour d'un Happy Hour.
L'entrée à cet Happy Hour est libre et gratuite.

Pour des raisons logistiques, il est demandé de s'inscrire à l'adresse mail suivante : zaera.mariaux@lecnam.net