Métamorphoses de la cuisine

Manger en 1900 : au temps de Jaurès et de Proust

11 octobre 2018
18h30 - 20h

  • Paris Musée des arts et métiers

Musée des arts et métiers - 60 rue Réaumur - Paris 3e

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles, réservation en ligne.


Benoît Peeters, écrivain et scénariste, professeur associé au Cnam, a récemment révélé sa passion pour la cuisine. À partir de septembre 2018, il propose un nouveau cycle de conférences autour du thème : « Métamorphoses de la cuisine ».

Benoit Peeters en 1979Qu’est-ce que le service à la russe ? Que mangeait-on vraiment à la table d’Alexandre Dumas ? Quel fut l’apport de Fernand Point ? Pourquoi y a-t-il si peu de femmes parmi les chefs étoilés ? Qu’est-ce que l’or rouge ? Peut-on séparer la cuisine de la chimie ? Vivons-nous les dernières années de l’alimentation carnée ? L’idée de cuisine française a-t-elle encore un sens ? Qu’est-ce que la biodynamie ? Le menu-dégustation est-il l’avenir de la gastronomie ? Quel est le sens du repas partagé au temps du micro-ondes et du fast food ?  

Voici quelques-unes des questions que Benoît Peeters évoquera dans ce nouveau cycle. Il abordera la cuisine de manière ouverte et rigoureuse, comme un phénomène culturel et social complet. Accueillant plusieurs intervenants extérieurs, le séminaire tiendra parfois de l’atelier.

Jeudi 11 octobre 2018, de 18h30 à 20h
Manger en 1900 : au temps de Jaurès et de Proust

Albert Fourié, « Un repas de noces à Yport », 1886Les métamorphoses de la cuisine sont d’abord celles de l’alimentation. Comment se nourrit-on en France, dans les campagnes et dans les villes, chez les ouvriers et chez les bourgeois, pendant le Siège de Paris et la Grande Guerre ? Quelle est la part du pain et des pommes de terre, de la viande et des légumes ? Comment progressent les techniques de conservation ? Pourquoi la consommation de sucre, de café, de thé et de chocolat ne cesse-t-elle d’augmenter ?  

S’appuyant sur des données chiffrées, mais plus encore sur des tableaux et des textes littéraires, cette traversée du XIXe siècle nous emmène des Halles de Baltard au Grand Hôtel de Balbec, des bouillons aux guinguettes, de La Curée au Festin de Babette, des déjeuners sur l’herbe au jardin de Claude Monet. 

Illustration : Albert Fourié, « Un repas de noces à Yport », 1886, Musée des Beaux-arts de Rouen

En partenariat avec 

Logo Nova