Pour une histoire de la bande dessinée

La bande dessinée en France, de Christophe à Paul Gillon

Le triomphe des images ©Schuiten

12 octobre 2017
18h30 - 20h

  • Paris Musée des arts et métiers

Musée des arts et métiers - 60 rue Réaumur - Paris 3e

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles, réservation en ligne.


Sans prétendre à une exhaustivité devenue impossible, Benoît Peeters, professeur associé au Cnam, évoque des moments majeurs de l’histoire de la bande dessinée, nombreuses images à l’appui.

Nos relations avec la bande dessinée sont souvent marquées par la nostalgie et une forme de conservatisme. Pour beaucoup d’entre nous, la « BD » est difficilement séparable des lectures de l’enfance : « l’âge d’or » américain des années trente et quarante pour les plus âgés, les auteurs de Spirou, Tintin et Pilote pour les enfants du baby-boom, les mangas pour les jeunes générations. Aborder d’autres périodes, d’autres styles graphiques et narratifs, tel est l’un des premiers enjeux de ce cycle.

La bande dessinée était comique avec Outcault et Christophe, et l’est restée avec Astérix, Dragon Ball et Titeuf. Mais elle s’est faite poétique avec Frank King, Fred et Shaun Tan, épique avec Flash Gordon et Superman, feuilletonesque avec Hergé, Pratt et Urasawa, intimiste avec Chris Ware et Jirô Taniguchi, romanesque avec Posy Simmonds et Alan Moore, minimaliste avec Schulz, Quino et Trondheim, picturale avec Breccia, Baudoin et Loustal… Grâce à des albums comme Maus, C’était la guerre des tranchées ou Gen d’Hiroshima, la bande dessinée est parvenue, mieux peut-être que le cinéma, à représenter l’impossible. Robert Crumb, Yoshiharu Tsuge et Alison Bechdel ont montré à quel point elle se prêtait à l’autobiographie. Joe Sacco, Guy Delisle et Emmanuel Guibert lui ont permis de renouer avec le grand reportage.

Jeudi 12 octobre 2017, de 18h30 à 20h : La bande dessinée en France, de Christophe à Paul Gillon.

Alain Saint-Ogan. Zig et Puce au XXIe sie?cleTout au long du XIXe siècle et pendant la première moitié du XXe siècle‚ c’est la presse qui constitue le support privilégié de la bande dessinée française. Le poids des Images d’Épinal et de la tradition littéraire n’empêche pas l’émergence de quelques brillants francs-tireurs, comme Caran d’Ache et Steinlen, bien décidés à développer à leur manière les possibilités de la narration en images.  

À partir des années trente, la bande dessinée française est soumise à la concurrence frontale des comics venus des États-Unis en même temps qu’à celle plus insidieuse de la BD belge. C’est pourquoi son histoire demeure assez mal connue. De Gustave Doré à Paul Gillon en passant par Christophe, Rabier et Poïvet, de Bécassine à Barbarella, de la Famille Fenouillard aux Pieds Nickelés, du Téméraire à Vaillant et de Zig et Puce à La Bête est morte, on tentera d’approcher les spécificités d’une tradition riche en surprises.

Illustration : Alain Saint-Ogan. Zig et Puce au XXIe siècle

> Réservation en ligne

Benoît Peeters est né à Paris en 1956. Ancien élève de Roland Barthes, il est titulaire d’une Habilitation à diriger des recherches. Une longue complicité avec François Schuiten lui a permis de construire avec lui la célèbre série de bande dessinée Les Cités obscures.

Auteur de nombreux essais sur l’image, Benoît Peeters est aussi le biographe de personnages aussi différents que Hergé, Jacques Derrida et Paul Valéry. 

Photo : Le triomphe des images ©Schuiten

En partenariat avec

 Logo Nova