Cycle / Forum Europe

Gilles Kepel - Le nouveau Jihad en Europe

20 octobre 2016
18h30 - 20h

  • Paris Saint-Martin/Conté
Professeur des universités en Sciences politiques, directeur de la chaire Moyen-orient Méditerranée à l'École normale supérieure, membre senior de l'Institut Universitaire de France depuis 2010

Ecouter en podcast



« On a vécu une sorte d'enthousiasme, à partir de la fin de 2010, en croyant que la démocratie allait succéder aux dictatures dans les pays arabes. On a voulu y voir une version orientale de la chute des vieux dictateurs au Portugal et en Espagne, ou de la fin du rideau de fer en Europe centrale. On a pensé que les islamistes ne prospéraient qu'à l'ombre de ces régimes injustes et sanguinaires et que la libération amènerait la fin des obscurantismes.  On est obligé de déchanter. À l'exception de la Tunisie, qui maintient un régime démocratique, du reste menacé par l'irrédentisme dans le sud du pays, on assiste partout ailleurs à la reconstitution de formes politiques autoritaires ou à l'effondrement d'États (Syrie, Libye, Yémen). Les flux de populations déplacées touchent directement l'Europe et remettent en question sa capacité à contrôler ses frontières et à mettre en œuvre ses principes fondateurs. L'Union européenne était habituée à traiter avec des États, au sud, et, soudain, on n'a plus affaire à des États. (…) Avant même d'imaginer une guerre entre la civilisation musulmane et la nôtre, il faut admettre qu'il existe au sein de ces pays une lutte pour l'hégémonie sur le sens de l'islam.  Entre les salafistes, et derrière eux les djihadistes, qui passent à l'acte, et la masse des musulmans, on assiste à un combat extrêmement important pour la direction de ces sociétés privées d'avenir. C'est ce conflit qui se déroule aussi sur notre sol, les musulmans européens constituant un enjeu majeur pour les djihadistes ».

L’Express, 21 juin 2016

Gilles Kepel est professeur des universités en Sciences politiques, directeur de la  chaire Moyen-orient Méditerranée à l'École normale supérieure (Université Paris Sciences et Lettres). Il est membre senior de l'Institut Universitaire de France depuis 2010. Il est diplômé d'arabe et de philosophie, titulaire de deux doctorats en sociologie et en science politique. Il a enseigné à la New York University en 1994, à la Columbia University, en 1995 et 1996, à la London School of economics depuis 2010. Il est l’auteur de nombreux ouvrages traduits dans le monde entier, dont Les banlieues de l’Islam (Seuil, 1987), Passion arabe (Gallimard, 2013), Terreur dans l'Hexagone, Genèse du Djihad français (avec Antoine Jardin) (Gallimard, 2015). Son nouveau livre La Fracture est à paraître le 4 novembre aux éditions Gallimard.