À (ré-)écouter / Cycle / Risques extrêmes

Les géocroiseurs / Near Earth Objects

29 novembre 2013
14h30 - 18h30

  • Paris Saint-Martin/Conté
Présentation des principales connaissances et recherches sur le sujet des géocroiseurs, et des actions mondiales entreprises à ce jour.

Avec Jean-Yves Prado, membre du groupe de travail des Nations Unies sur les astéroides géocroiseurs,
et Patrick Michel, directeur de recherches au CNRS, spécialiste des astéroïdes, responsable de l'Equipe TOP (Théories et observations en planétologie), UMR 7293 Lagrange/CNRS, observatoire de la Côte d'Azur, Nice, France.

Le 30 juin 1908, un objet céleste d’une taille estimée à 60 mètres explosait également en vol au-dessus de la forêt de la Tunguska en Sibérie, dégageant une puissance de 30 mégatonnes, ou 2400 bombes d’Hiroshima, et vitrifiant des dizaines de milliers d’hectares de forêt.
Du spectaculaire Meteor Crater en Arizona (produit il y a 50 000 ans avec une énergie de 10 mégatonnes), de l’impact observé de la comète Shoemaker Levy 9 avec Jupiter en 1994, aux mythes de la peur des Gaulois ("que le ciel nous tombe sur la tête"), en passant par la destruction de Sodome et Gomorrhe (Gen 10:19) ou l’impact d’un astéroïde qui aurait provoqué la disparition des dinosaures et jusqu’aux films à grand spectacle de Hollywood : le monde moderne a pris conscience de l’existence de ces dizaines milliers de gros objets susceptibles de frapper la Terre inopinément et dont seulement une faible partie est actuellement recensée, sauf pour les plus gros (90% pour ceux de diamètre supérieur à 1 kilomètre, mais 1% pour ceux de l’ordre de 30 mètres) : on les appelle les astéroïdes géocroiseurs (ou NEOs pour Near Earth Objects en américain).
Plusieurs programmes de recherche internationaux ont pour mission d’améliorer les outils de détection, de recensement, de réaction dans le plus proche futur des géocroiseurs. Des conférences mondiales sont organisées sur le sujet depuis peu pour sensibiliser les opinions publiques à ces menaces sans pour autant sombrer dans le catastrophisme.
 
  • Conférence animée et organisée par Michel Béra, professeur du Cnam, École Sciences industrielles et technologies de l'information (Siti).
  • Entrée libre