À revoir / Cycle / Les matinales de l'Ifris

Au-delà de l'accaparement des terres

24 septembre 2015
9h - 10h30

  • Paris Saint-Martin/Conté
Les Matinales de l'Ifris sont organisées en partenariat avec l’Université Paris-Est (UPE), avec le soutien du Cnam.

 

Les crises alimentaire et financière ayant marqué la fin des années 2000 ont précipité l’acquisition massive de terres par des investisseurs étrangers dans de nombreux pays du Sud. Ces formes souvent spectaculaires d’accaparement de terres ne constituent cependant qu’un aspect des transformations locales et globales des modes d’accès aux ressources naturelles.

Dans le cadre de cette matinale, nous engagerons une réflexion sur ces enjeux grâce à un débat autour de l’ouvrage Au-delà de l’accaparement. Ruptures et continuités dans l’accès aux ressources naturelles.
En rupture avec une représentation réductrice du « land grabbing », cet ouvrage collectif invite à replacer ce phénomène dans le temps long et à mettre en évidence la diversité des dynamiques à l’œuvre, au-delà des seules acquisitions à grande échelle. Il propose également une réflexion sur les alternatives mises en place pour contrer les dynamiques d’exclusion des populations rurales. Cette mise en perspective donne à voir de multiples tensions: entre la formalisation de droits individuels et la défense des « communs » ; entre légitimités autochtones et revendications paysannes; entre approches institutionnelles et mobilisations locales pour la réappropriation des territoires. Menée par des auteurs d’origines géographique et disciplinaire variées, cette réflexion est enrichie par les contributions d’ONG et de mouvements sociaux. Ainsi, l’ouvrage entend stimuler un dialogue à la fois constructif et critique entre les chercheurs du monde académique et les acteurs directement engagés dans l’action.

Laura Silva Castañeda et Etienne Verhaegen viendro présenter et discuter cet ouvrage en compagnie de :
  • Pablo Luna, maître de conférences à Paris Sorbonne et chercheur rattaché à l’Equipe de recherches pour l’histoire du monde rural (CRH-ERHIMOR). Ses thèmes de recherche incluent l’histoire rurale européenne et hispano-américaine, les projets de réforme de la propriété, la réforme agraire et le land grabbing contemporain. Il a récemment coordonné un numéro spécial de la revue HISAL intitulé L’expropriation des terres et la formation du latifundium en Amérique latine (2013).
  • Jean-Pierre Jacob, professeur d’anthropologie du développement à l’Institut des hautes études internationales et du développement de Genève. Ses travaux portent sur le foncier rural et les services publics à l’échelle locale. Il a notamment publié Terres communes, terres privées. Gouvernement de la nature et des hommes en pays winye (2007) et Politique de la terre et de l’appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud (2010, avec P.-Y. Le Meur).