2e sommet de la vape

Politique de santé et cigarette électronique

20 mars 2017
9h - 18h

  • Paris Saint-Martin/Conté
6 millions d’européens ont cessé de fumer avec la vape. En France, ils sont un million à avoir complètement quitté le tabac grâce à la cigarette électronique. Sujet encore controversé dans beaucoup de ses aspects, la vape est-elle une chance inédite pour les fumeurs et la société de lutter contre le fléau du tabac ?

en savoir plusVoir la retransmission en direct

Le tabagisme tue 200 personnes par jour en France. C’est la première cause de mort évitable. Avec 32% de fumeurs, la France est en queue de peloton européen, seules la Croatie, la Bulgarie et la Grèce font pire que nous (Eurobaromètre 2014).
La vape (cigarette électronique) a séduit de nombreux fumeurs pour sortir du tabagisme. Entre 1 et 3 millions en France. De l’avis de nombreux spécialistes, c’est aujourd’hui une solution qui conduit à un sevrage tabagique efficace et durable. Cette alternative tabac et de réduction des risques est largement plébiscitée par nos voisins britanniques qui conduisent depuis de nombreuses années une politique de lutte contre le tabac très pragmatique avec des résultats : moins de 16% de fumeurs, alors qu’il y a 15 ans on fumait plus en Grande Bretagne qu’en France..
La loi de santé votée en France en 2016 interroge et inquiète les vapoteurs et des acteurs de santé publique : interdiction de publicité et propagande qui réduit de facto la visibilité pour les fumeurs et crée un climat anxiogène, réglementation sur les produits qui provoque l’augmentation des prix et la complication des usages, risque de retour au tabagisme avec l’extension des interdictions du vapotage sur les lieux de travail et lieux publics, fragilisation des acteurs indépendants face à l’industrie du tabac.
L’an dernier, le 1er sommet de la Vape du 9 mai 2016 a permis d’engager un dialogue constructif entre les citoyens vapoteurs, les professionnels de la vape, les instances et les autorités de santé. Le Pr Benoit Vallet, directeur général de la santé, était présent et a engagé à cette occasion la mise en place d’un groupe de travail Vapotage qui se réunit désormais tous les trimestres. Il nous a confirmé sa venue, à nouveau pour le 2e sommet de la Vape.
L’enjeu de santé publique est considérable. Pour la première fois dans l’histoire de la lutte contre le tabagisme, des citoyens se mobilisent pour défendre « leur » solution, totalement inédite, en mode auto-support, dans la plupart des cas en dehors de tout « parcours de santé » et sans être soumis à d’autres règles, les vapoteurs sortent du tabagisme avec plaisir.
Le premier sommet de la Vape avait été organisé grâce à un financement participatif citoyen et indépendant. Et c’est la même démarche pour ce deuxième Sommet qui se déroule comme l’an dernier au Cnam avec la chaire d’addictologie.

Objectifs

  • Le Sommet de la vape souhaite rassembler l’ensemble des parties prenantes (scientifiques, politiques, associations, autorités de santé, utilisateurs) afin de débattre ensemble du meilleur moyen de favoriser l’essor de l’utilisation de la cigarette électronique en tant qu’alternative au tabac chez les fumeurs et de minimiser les potentiels effets négatifs.