Musée des arts et métiers / Journée d'étude

L’abbé Grégoire et la transmission des savoirs: tradition et modernité

8 juin 2017
9h30 - 18h30

  • Paris Musée des arts et métiers
Salle de conférences du musée, accès par l'entrée du Cnam au 292 rue Saint-Martin, Paris 3e
L’abbé Grégoire, homme des Lumières et homme de foi, s’est attardé à maintes reprises, dans ses actions comme dans ses écrits, sur les questions de l’éducation et de la transmission des savoirs.

Dans quels contextes philosophiques, politiques et religieux s’est inscrite cette réflexion ? Et quel héritage le créateur du Conservatoire des Arts et Métiers nous a-t-il laissé pour nous permettre de comprendre, aujourd’hui, les enjeux de la formation ? Tels sont les sujets que de nombreux spécialistes aborderont dans cette journée.

MATINÉE

9 h 30-10 h 00. Accueil. Entrée 292, rue Saint‑Martin, 75003 PARIS.

10 h 00-10 h 10. Yves WINKIN, professeur au Cnam, directeur du musée des Arts et Métiers. Ouverture officielle de la journée.
Modératrice de la session du matin : Dominique FERRIOT, professeure des Universités, ancienne directrice du musée des Arts et Métiers.

10 h 10-10 h 50. Alain MERCIER, ingénieur de recherche au musée des Arts et Métiers. Grégoire et la théorie de l’effet.
Lorsqu’il envisage la création d’un « Conservatoire pour les arts et métiers », dans une France à peine guérie de la Terreur, Grégoire n’a nullement en tête de créer une haute école d’enseignement. Il cherche à encourager l’inventivité de tous ceux qui, de l’artisan à l’inventeur, sont susceptibles de donner à la nation un élan nouveau. Cette stimulation fait écho à une longue tradition philosophique fondée sur les pouvoirs de l’admiration, de l’étonnement, de l’enthousiasme. Une expérience intellectuelle et sensorielle qui entend placer les arts mécaniques au niveau des arts libéraux...

10 h 50-11 h 00. Questions à Alain Mercier.

11 h 00-11 h 40. Loïc CHALMEL, professeur de l’Université de Haute-Alsace, directeur du Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Éducation et de la Communication. Henri Grégoire : un curieux voyageur, un voyageur curieux.
Avant même d’acquérir une dimension nationale, dans la dynamique révolutionnaire, l’abbé Grégoire s’inscrit dans un réseau philanthropique rhénan propre à développer son ouverture d’esprit. Les voyages sont perçus par les philanthropes comme un moyen sûr de bâtir un savoir anthropologique, d’apporter des solutions pragmatiques aux maux de l’humanité, d’ouvrir des fenêtres sur le monde. La correspondance de Grégoire reflète cette élaboration d’une connaissance cosmopolite, grâce à laquelle les savoirs se construisent dans le cadre de réseaux dépassant les clivages idéologiques, religieux ou politiques traditionnels.

11 h 40-11 h 50. Questions à Loïc Chalmel.

11 h 50-12 h 30. Père Jean DUBRAY, professeur émérite de l’École supérieure de Théologie catholique. Grégoire et l’École. Contenus et réformes.
La réforme de l’école élémentaire n’occupe pas une place centrale dans l’œuvre réformatrice de l’abbé Grégoire. Toutefois, elle représente un aspect non négligeable du vaste plan de réforme éducative porté par lui-même et tous les collaborateurs du Comité d’Instruction publique. Le droit sacré d’accès au savoir pour tous les enfants est formulé avec netteté dans le sillage des travaux de Condorcet. Le principe d’une école élémentaire par commune, ouverte aux garçons et aux filles, bénéficiant de la gratuité, préfigure ce qui sera réalisé au siècle suivant. Grégoire développe ensuite et précise dans différents ouvrages la nature de l’institution scolaire, les méthodes pédagogiques et les programmes, sans oublier ce qu’il appelle un peu pompeusement la « formation à la vertu », l’équivalent de notre Instruction morale et civique. L’éducation religieuse relève d’un autre domaine et n’est pas dispensée en tant que telle au sein de l’école.

12 h 30-12 h 45. Questions au père Jean Dubray.

12 h 45-14 h 00. Déjeuner.

APRÈS-MIDI

Modérateur de la session de l’après-midi : Philippe DURANCE, professeur au Cnam.

14 h 00-14 h 40. Pierre LÉNA, de l’Académie des sciences, professeur émérite de l’Université Paris Diderot-Paris 7, fondateur et président d’honneur de « La Main à la Pâte ». Sciences et techniques pour tous : une ambition de l’abbé Grégoire.
Le lien entre le progrès des sciences et la qualité des techniques est une des caractéristiques des Lumières. L’abbé Grégoire met en évidence la nécessité d’une éducation pour tous – et plus particulièrement les plus démunis – qui fasse ce lien et les aide à tirer le meilleur parti de leur intelligence. La création du Conservatoire national des Arts et métiers s’inscrit dans cette ligne, dont l’actualité, aujourd’hui, doit être soulignée.

14 h 40-14 h 50. Questions à Pierre Léna.

14 h 50-15 h 30. Rita HERMON-BELOT, directrice d’études à l’École des hautes Études en Sciences sociales. Qu’est-ce qu’un prêtre des Lumières ? Foi, politique et savoir chez Grégoire.
La pensée et l’action de Grégoire se caractérisent par leur extension et leur largeur de vue ; le domaine de la transmission des savoirs en apporte une éclatante confirmation. On voudrait tenter de donner la mesure d’une conception aussi extensive, et surtout interroger sa cohérence et éclairer l’inspiration qui la sous-tend, celles-ci pouvant seules expliquer la force de cet engagement exceptionnel et exceptionnellement constant à travers tant de contextes politiques et régimes différents.

15 h 30-15 h 40. Questions à Rita Hermon-Belot.

15 h 40-16 h 20. Philippe MEIRIEU, professeur émérite de l’Université Lumière-Lyon-II, président de l’Association Héloïse. La Formation « tout au long de la vie », dans le sillage de l’abbé Grégoire.
L’Abbé Grégoire fut, aussi bien en tant que curé de campagne que député, en tant que militant révolutionnaire que fondateur du Conservatoire national des Arts et Métiers, un des précurseurs de « la formation tout au long de la vie, pour toutes et tous ». Il fut aussi un de ceux qui posèrent les bases des conditions de cette formation, tant en termes institutionnels que professionnels. Son combat pour « l’émancipation », qui guidera toutes ses actions, l’amènera à promouvoir la notion de « conservatoire » comme matrice de la transmission et de l’évolution professionnelle : se former est, pour lui, une des conditions fondamentales de l’accès à la citoyenneté. C’est ainsi qu’il posera les bases d’une conception de la formation qui, quoique largement reconnue, peinera et peine encore aujourd’hui à se concrétiser. Pourquoi cette résistance ? En quoi la « formation professionnelle » interroge-t-elle le modèle académique ? Et peut-elle être aujourd’hui au cœur d’un nouveau projet de société ? Voilà quelques-unes des questions, tant théoriques que très concrètes, qui pourront être abordées à l’occasion de cet échange.

16 h 20-16 h 30. Questions à Philippe Meirieu.

16 h 30-17 h 00. Discussion générale.

17 h 00-18 h 30. Visite du musée.

Téléchargez le programme détaillé

→ Accès gratuit sur réservation : inscription en ligne

Journée d'étude organisée par le Musée des arts et métiers en partenariat avec l'Association Héloïse, Itinéraire des pédagogues européens