Cycle / Histoire de l'informatique et du numérique

Les dispatching à EDF : conduite du réseau de transport à très haute tension

19 janvier 2017
14h30 - 17h

  • Paris Saint-Martin/Conté
Journée organisée dans le cadre du projet Vers un musée de l'informatique et de la société numérique, en collaboration avec le séminaire Histoire et patrimoine de l'informatique du laboratoire HT2S du Cnam

Avec  Pierre Aubertin et Pierre Mounier-Kuhn.

Au début des années 1960, EDF a lancé un projet visant à équiper ses dispatchings d’ordinateurs pour la conduite de son réseau de lignes à très haute tension.
La capacité de traiter en temps réel des milliers de mesures et de signalisations, devait permettre de faire face à la gestion de plus en plus complexe des lignes de transport interconnectées et des moyens de production d’électricité correspondants, en forte expansion pour répondre à la consommation électrique croissante. Il s’agit d’un ensemble de 16 calculateurs CAE-CII, reliés entre eux par un réseau téléinformatique et implantés dans huit dispatchings régionaux et à Paris, dont la mise en service s’est achevée en 1971. Le système d’exploitation est réalisé par les fournisseurs, les logiciels d’application par les informaticiens d’EDF. Des systèmes de nouvelle génération, le SIRC pour les régions et le SYSDIC au niveau national, sont étudiés à partir de 1975 et deviennent opérationnels une décennie plus tard avec des ordinateurs Mitra CII et Mini 6 Bull. Une troisième génération sera développée ensuite avec des VAX de Digital Equipment au niveau national et des serveur HP au niveau régional.

Pierre Aubertin, ingénieur Centrale Lyon et Supélec, a travaillé au centre de dispatching régional de Nancy au début des années 1970, puis y a participé au développement du système de nouvelle génération (SIRC). Il a ensuite été un acteur essentiel du SRC et a contribué à la réussite du dispatching européen CORESO de la zone Centre ouest Europe (Allemagne, Belgique, France, Luxembourg et Pays-Bas).
Pierre Mounier-Kuhn est historien au CNRS et à l’Université de Paris-Sorbonne.

Entrée sur inscription gratuite

La séance sera également retransmise en direct sur internet. Le lien vous sera communiqué sur simple demande, au plus tard 2 jours avant la séance.