Cycle / Forum Europe

Nathalie Loiseau - Quelle ambition pour l’Europe ?

Ministre chargée des Affaires européennes

en savoir plusVoir la retransmission en direct

«  Je retiens deux leçons de ma vie professionnelle antérieure, à la fois comme diplomate et à la tête de l’ENA. Premièrement, le débat est indispensable – et l’ENA y participe activement à Strasbourg - mais toute la question est de savoir avec qui on débat : débattre entre pro européens n’est pas inutile mais c’est largement insuffisant lorsqu’il s’agit de s’adresser à l’ensemble des Français, d’entendre leurs aspirations, de répondre à leurs préoccupations.
Il faudra donc organiser ce débat, au-delà des cercles restreints de ceux qui réfléchissent déjà aux sujets européens, pour toucher le plus grand nombre, pour mobiliser l’ensemble des Français. Il ne s’agira pas seulement d’écouter ceux qui sont déjà convaincus mais bien de dialogue avec tous ces Français qui, s’ils ne rejettent pas l’idée européenne en soi, s’en sont parfois éloignés. En diplomatie, on a coutume de rappeler qu’on ne fait la paix qu’avec ses ennemis, c’est vers ceux que l’Europe n’a pas su convaincre qu’il faut lancer des ponts (…) C’est ainsi, j’en suis persuadée, que nous saurons concilier l’envie d’Europe que nous portons et l’attente d’une autre Europe que nous constatons. »

Discours devant le CESE, 27 juin 2017  

Cycle de conférences proposé par Nicole Gnesotto, professeure du Cnam

Nathalie Loiseau est diplômée de Sciences Po et des Langues O' (chinois). Elle entre au Quai d’Orsay en 1986 et commence une carrière de diplomate, successivement affectée à Jakarta (1990-1992), Dakar (1995-1999), Rabat (1999- 2002), et Washington en qualité de cheffe du service d’information et de presse à l’ambassade (2002 à 2007). À Paris, elle sera directrice des ressources humaines puis, en 2011, directrice générale de l'administration du ministère des Affaires étrangères. En 2012, elle se voit confier la direction de l'École nationale d'administration à Strasbourg, avant d’être choisie pour être nommée ministre dans le deuxième gouvernement d'Édouard Philippe, sous la présidence d'Emmanuel Macron, le 21 juin 201