Cycle / Histoire de l'informatique et du numérique

Le Plan Calcul : 50 ans de politiques pour l'informatique

13 avril 2017
14h30 - 17h

Séminaire mensuel organisé par le Musée des arts et métiers du Cnam dans le cadre du projet Vers un musée de l'informatique et de la société numérique

À partir de « l’affaire Bull » (1964) et des difficultés croissantes des producteurs français de composants, des comités d’experts se sont efforcés de combiner la politique d’indépendance gaulliste, les intérêts des industriels abonnés aux subventions et ceux des grands clients du secteur public. Leur activisme en faveur d’une politique de l’informatique reçoit une justification supplémentaire lorsque Washington décrète un embargo sur les supercalculateurs commandés par la division militaire du CEA. Il aboutit au lancement d’un Plan Calcul fin 1966.
Une Délégation à l’informatique est créée au niveau gouvernemental comme maître d’œuvre du Plan. Une Compagnie internationale pour l’informatique (CII), filiale des groupes privés CGE, Thomson et CSF, fusionne deux petits constructeurs de calculateurs scientifiques avec pour mission essentielle de développer une « gamme moyenne de gestion » et de participer à terme à la constitution d’une informatique européenne. Le dispositif est complété l’année suivante par la création d’une société pour les périphériques, d’une autre pour les composants  résultant de la fusion des filiales spécialisées de Thomson et de CSF. Et d’un Institut de recherches en informatique et automatique (IRIA, devenu l’Inria), seul survivant aujourd’hui de cet ambitieux programme.
La CII démarre difficilement, soutenue à bout de bras par les subventions et les achats préférentiels des administrations. Elle vend d’abord surtout des machines développées en Californie par son partenaire Scientific Data Systems (SDS). Puis réalise des ordinateurs techniquement avancés (séries Iris, Mitra et Unidata), qui remporteront des succès commerciaux hors du secteur public et lui permettront de négocier des accords avec d’autres constructeurs européens (Unidata). Quant à l’IRIA, il abritera notamment l’équipe qui développera le réseau Cyclades, l’un des prédécesseurs d’Internet.

  • Cette séance sera présentée par Pierre-Eric Mounier-Kuhn, historien de l'informatique, CNRS Université Paris-Sorbonne.

Entrée sur inscription gratuite

La séance sera également retransmise en direct sur internet. Le lien vous sera communiqué sur simple demande, au plus tard 2 jours avant la séance.